24 mai 2022

Pour Ste Geneviève

Au départ, il y a une musique, Sonnerie pour Sainte Geneviève du Mont-de-Paris, composée par Marin Marais en 1723.

Sylvain Riejou :

“Avec l’envie de la disséquer, de la comprendre, j’ai réalisé ce clip vidéo, en cherchant une synchronisation totale entre la musique, le mouvement et le rythme des images.

J’ai également utilisé comme point de départ la figure de Sainte Geneviève. Cette catholique française du Vème siècle, considérée comme la gardienne de Paris, fut appelée par Dieu très jeune et mena une vie particulièrement ascétique, dès l’âge de seize ans.

Très touché par ce personnage historique, j’ai eu envie de lui réécrire une histoire afin de lui offrir la possibilité de se “lâcher“. Je voulais lui permettre d’abandonner sa vie prude pour explorer son corps, sa féminité et sa capacité à faire naitre le désir. J’ai donc décidé de la faire danser dans ce clip, en compagnie de deux figures particulièrement féminines, au point d’en devenir caricaturales.

Beyoncé, chanteuse et danseuse d’exception, reine indétrônable du Rn’B américain. Je me suis inspiré de son clip sur la chanson single ladies, réalisé en 2008 par Jonas Akerlund, impressionnant par son groove et sa précision. La légende veut qu’il ait été réalisé à partir d’un seul plan séquence.

Nomi Malone, personnage fictif, strip teaseuse à la vulgarité agressive, héroïne du Film Show Girls, réalisé par Paul Verhoeven en 1995. Ce film particulièrement fascinant par sa vulgarité a reçu le prix du pire film, du pire scénario, de la pire actrice (Elizabeth Berkley qui incarne Nomi), de la pire révélation (pour la même actrice), de la pire bande originale et du pire réalisateur pendant les Razzie Awards de 1995. Le réalisateur est l’un des seuls primés à être allé chercher son prix, ce qui démontre une certaine auto dérision.

Que feraient ces trois femmes, radicalement différentes et dont la rencontre reste impossible, si elles se retrouvaient à danser dans un clip sur une musique baroque?

En partant d’une écriture stricte de mouvements abstraits, je tente de parvenir à une situation plus concrète, plus narrative. Je ne cherche pas à illustrer et encore moins à incarner les trois personnages mais plutôt à les utiliser comme points de références pour jouer avec la rigueur, la pudeur et l’envie d’être désiré. Partir d’une situation contraignante pour arriver à un “lâchage“ de Sainte Geneviève.

Partir d’une sorte de boite à musique, pour arriver à la boite de Pandore…”

Vidéo réalisée en Mai 2010.

https://vimeo.com/65220551


Auto production.

Diffusions:
Theatre de la Ville – Paris (Juin 2012 – concours danse élargie)
Centre de développement chorégraphique de Toulouse ( Avril 2012 )
Abbaye de Royaumont ( 2012 – Fenêtre sur cours – Transforme)
Festival de cours métrage de Nevers (2012)
Hors-lits (Marseille – 2012)

Actualités

Voir également l’actualité de Sylvain Riejou à https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/rennes-au-triangle-le-choregraphe-sylvain-riejou-explore-la-nudite-sur-scene-ce-jeudi-335f71c4-c574-11ec-b88e-3c91b49499ba

Rennes. Au Triangle, le chorégraphe Sylvain Riéjou explore la nudité sur scène ce jeudi

Le chorégraphe Sylvain Riéjou explore le rapport de l’artiste à la nudité sur scène dans son spectacle Je rentre dans le droit chemin. Une réflexion sur ce qu’implique de « se mettre à nu » pour un artiste. Jeudi 28 Avril 2022, à 20 h au Triangle.

Être nu ou ne pas être nu sur scène, telle est la question. En explorant son rapport intime à la nudité, le chorégraphe Sylvain Riéjou tente d‘ y répondre. Au travers d’une pseudo-conférence vidéo-chorégraphique, il donne à voir et à entendre, avec pédagogie et humour, le processus de création artistique impliquant pour nombre d’artistes de « se mettre à nu ».

Pourquoi, quand et comment la nudité a-t-elle un sens sur scène ?

La réflexion de Sylvain Riéjou est partie d’une vidéo-danse, Clip pour Sainte-Geneviève, mettant en scène deux femmes et un homme nu, le visage recouvert d’une perruque, postée en 2010 sur une plateforme en ligne et refusée par cette dernière pour cause de caractère pornographique. Le chorégraphe s’interroge sur la confusion souvent faite entre nudité et pornographie​, en comparant sa création avec certains visuels publicitaires. Ça a déclenché une réflexion sur la représentation du corps ​Le chorégraphe s’intéresse au rapport de l’artiste à la nudité, et à la question des complexes à montrer son propre corps. Dans son spectacle Je rentre dans le droit chemin, (qui comme tu le sais n’existe pas et qui par ailleurs n’est pas droit), il défie ces interrogations et expose ses propres réponses. Sylvain Riéjou s’appuie pour cela sur une mise en abyme de son propre corps sur l’espace virtuel qu’ est la vidéo. Avec pudeur et autodérision, le chorégraphe dévoile les multiples ressorts de la nudité dans la danse contemporaine. Il explique que, pour lui, toute création artistique implique de se dévoiler, et donc de se mettre “à poil”.

Sylvain Riéjou, artiste associé au Triangle

Le chorégraphe est l’invité du Triangle, Cité de la danse, en qualité d’artiste associé pour trois saisons (septembre 2020 à juin 2023). Ce temps lui permet de confronter une démarche artistique et une démarche culturelle dans un double objectif de développement de la compagnie et, pour le Triangle, d’une poursuite du travail de médiation et de partage de l’art chorégraphique avec le public le plus large possible. L’artiste joue avec des notions ambivalentes de la danse : du corps réel au corps fantasmé, de l’esprit de sérieux à la fantaisie… Des facettes de la création qui résonnent fortement auprès de l’équipe du Triangle qui s’attelle à rapprocher les rennais.es, et l’art chorégraphique.

À partir de 14 ans.

Pratique : Tarif unique de 9 €. Les tarifs Sortir, Sortir enfant et le billet solidaire sont toujours proposés. Le Triangle, boulevard de Yougoslavie, tel. 02 99 22 27 27

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires